Jour 4. Campagne-sur-Aude – Massac

02/08/2020

70 Km

Après notre excellente nuit, après avoir mangé des frites, des tomates cultivées par Remy et après avoir caressé 3 chiens et 3 chats.

Nous nous sommes dirigés vers Massac.

Nous avons d’abord commencé par Rennes-les-Bains, où nous avons pu nous baigner dans des eaux thermales (mais ne pensez pas que c’est comme à Paipa ou à Manizales, ici l’eau sort chaude à un seul endroit spécifique et en arrivant à la rivière, elle est déjà froide, presque instantanément).

Après nous être rechargés en énergie, nous avons pris la route en direction de Bugarach, où en 2012 c’était soi-disant la fin du monde. Une montagne de 800 mètres et en bas un petit village. Petit à petit, nous sommes montés à vélo jusqu’à 600 mètres. D’ici jusqu’en haut, il fallait continuer à pieds, alors nous avons poursuivi notre chemin à la recherche d’un endroit pour cuisiner.

À Cubières-sur-Cinoble, nous avons cuisiné et comme dessert chacun a mangé une glace à 3 boules au lait de chèvre. Après ce festin, nous avons pris la route vers Massac. Charlène a monté son premier col à 496 mètres.

En arrivant, Massac, petit village de 20 habitants dont on n’espérait rien, nous a surpris ! Un lac avec un abri pour ceux qui veulent y dormir et des toilettes sèches.

Quant au parcours, il fut assez exigeant, beaucoup de montées et de descentes, mais avec des paysages intéressants ! Nous avons campé là, avec beaucoup de vent et un peu froid au réveil. Puisque nous sommes bien gourmands, nos sacoches ont pris du poids.

Charlène porte 15 kilos de bagages et moi je suis à 30 kilos de sacoches. Dans les sacoches arrière Charlène a ses vêtements, son sac de couchage, son matelas, la trousse de secours, la trousse de toilette et deux chambres à air pour son vélo.

 De mon côté, derrière j’ai mes vêtements, les cartes routières du voyage pliées, une trousse avec tous les outils en cas de problème, mon appareil photo et mes chambres à air. Dans les sacoches avant, j’ai le réchaud avec deux bombonnes de gaz, la nourriture pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner, mon couteau, un briquet, des fruits secs, des gâteaux et peut-être d’autres choses que j’oublie.

En général, nous avançons entre 60 km et 70 km par jour. Pour le moment avec un dénivelé doux de 800 mètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut